onema

Démarche et objectifs du Groupe Technique

Les réflexions menées au sein du groupe techniques visent avant tout à fournir des réponses aux questionnements qui ont émergés ces dernières années autour des possibilités offertes par l’implantation de zones tampons dans un but de protection de la qualité des eaux. En effet, l’évolution des cadres réglementaires en matière de protections des milieux aquatique vis-à-vis des pollutions diffuses a fait apparaître un certain nombre de besoins parmi lesquels la connaissance des mesures correctives, de leur efficacité et des moyens de les mobiliser au mieux sur le terrain. Les dispositifs tampons, en tant que mesures complémentaires aux changements de pratiques agricoles, ont ainsi fait l’objet d’un certain nombre de travaux scientifiques permettant aujourd’hui de proposer des références et solutions pratiques pour leur mise en œuvre dans les secteurs identifiés comme vulnérables.

Dans ce contexte, les objectifs du groupe technique sont de mutualiser les connaissances existantes au sujet des zones tampons et susciter l’émergence de nouveaux travaux de Recherche et Développement (R&D) de manière à mieux répondre aux besoins des gestionnaires. Cela passe par l’élaboration et la diffusion d’outils - guides méthodologiques, abaques, arbres de décision - s’appuyant sur les résultats issus de la recherche mais dont la portée opérationnelle permet leur application concrète sur le terrain.

Dans un second temps, la mise en œuvre des outils développés donne également lieu à des retours d’expérience qui sont à leur tour analysés pour confirmer l’efficience des méthodes proposées, identifier les difficultés rencontrées et permettre de consolider les réponses apportées.

Quoique de manière secondaire, le GTZT s’attache également à promouvoir les autres avantages offerts par les dispositifs tampons dans une perspective d’aménagement du territoire (préservation de la biodiversité, lutte contre les crues, production de biomasse…). A terme, l’un des objectifs du GT sera ainsi de proposer des outils complémentaires, permettant d’apporter des solutions intégratrices pour l’implantation optimale de ces dispositifs à l’échelle du bassin versant.

Dans cette même volonté de replacer les zones tampons dans une problématique plus large, on signalera que d’autres structures ou projets collaboratifs contribuent (ou ont contribué) aussi à progresser plus largement vers une meilleure prise en compte de la problématique des pollutions diffuses, de leur impact sur l’environnement à la façon de les maîtriser tout en assurant le maintient d’une agriculture productive et compétitive : CORPEN, Groupe Français des Pesticides (www.gfpesticides.org), comité d’experts du plan Eco-Phyto 2018, Groupement d’Intérêt Scientifique GC-HP2E (www.gchp2e.fr/Le-GIS-GC-HP2E), projet PROWADIS (www.topps-drift.org), GT « Captages » (www.captages.onema.fr)… La participation des membres du GT à ces différents réseaux permet des interactions enrichissantes et renforcent la légitimité des réponses apportées en s’appuyant sur des réflexions menées hors de la thématique spécifique des zones tampons.

Haut de page / Page suivante