onema

Fonctionnement d'une zone tampon

Le rôle d’une zone tampon est avant tout d’intercepter les flux hydriques chargés de contaminants provenant des parcelles émettrices avant qu’ils n’atteignent les milieux aquatiques récepteurs. On parle alors d’atténuation hydrique (bien que l’atténuation aérienne puisse également être recherchée dans le cas de la dérive de pulvérisation). L’aptitude d’une zone tampon à intercepter et atténuer tel ou tel type de transfert dépend toutefois d’un certain nombre de facteurs à l’origine d’une plus ou moins bonne efficacité (positionnement, conception, dimensionnement, état hydrique du sol selon la saison, bon entretien…). Par ailleurs, l’atténuation hydrique seule n’est pas toujours synonyme d’abattement des flux de contaminants si les conditions biogéochimiques favorables à leur rétention et/ou leur dégradation ne sont pas réunies au sein du dispositif.

Les fonctions des zones tampons

Les zones tampons sont susceptibles d’assurer différentes fonctions selon la façon dont elles sont conçues et positionnées dans le bassin versant. Certaines configurations seront plus adaptées que d’autres pour atténuer un type de transfert donné. Ainsi, il est important de bien connaître les différentes possibilités pour choisir le type de dispositif le plus adapté au contexte... Lire la suite

Les processus en jeu

Les différentes fonctions d’atténuation des transferts de contaminants assurées par les zones tampons font appel à un ensemble de processus biogéochimiques assez complexes dont ne sont rappelés ici que les grands principes... Lire la suite