Les dispositifs enherbés

Les dispositifs enherbés comprennent l'ensemble des zones tampons dont la végétation, spontanée ou implantée, est constituée d'espèces herbacées (graminées principalement).

Les bandes enherbées  :

Ce type de zone tampon correspond en premier lieu aux bandes tampons enherbées rendues obligatoire aux abords des cours d’eau. On peut néanmoins les retrouver en position d’interception des ruissellements dans les versants, à l’interface entre les parcelles, à proximité des fossés, autour de dolines… Il s’agit dans tous les cas de bandes de terrain de largeur variable, constituées essentiellement d’une végétation herbacée, souvent implantée (graminées de type ray-grass principalement).

Bande tampon réglementaire en bordure de cours d’eau (Irstea)

Fourrière enherbée en bas de parcelle (AREAS)

Les coins de parcelle enherbés :

Déclinaison des bandes enherbées, on retrouve ce type de dispositif dans les parcelles présentant une double pente faisant converger les écoulements vers un angle qui constitue alors un exutoire qu’il est particulièrement important d’aménager correctement (surtout s’il s’agit d’un point d’accès à la parcelle).

Coin de parcelle enherbé en continuité avec la
bande tampon réglementaire (irstea)

Les chenaux enherbés de talweg :

Il s’agit là encore d’une bande de végétation herbacée qui se distingue par sa position particulière dans le fond d’un talweg (sans écoulement permanent) de manière à ralentir les écoulements provenant des versants et limiter la survenue d’un écoulement concentré.

Chenal enherbé (Areas)

Les chemins enherbés :

Les chemins constituent souvent des voies préférentielles de concentration des eaux de ruissellement ; il peut être recommandé d’y entretenir une couverture herbacée destinée à ralentir et limiter les écoulements.

Chemin enherbé et enherbement inter-rang en contexte viticole (Irstea)

Les bordures de champs étroites :

Il s’agit des espaces traditionnellement situés en limite des parcelles agricoles, en bordure des fossés ou de la voirie. Par opposition aux bandes enherbées, ces bordures de champs sont généralement étroites (< 1 m) et colonisées spontanément par la végétation.

Bordure de champ étroite à l’interface entre une
parcelle cultivée et la voirie (Irstea)

Les prairies  :

Ce sont des surfaces à couvert herbacé naturel ou implanté, pérenne ou temporaire, présentant généralement un potentiel agronomique limité et souvent destinées au pâturage ou à la production de fourrage. En fond de vallée, certaines prairies ont la particularité d’être engorgées une grande partie de l’année. Dénommées prairies de bas-fond, prairies de fond de vallée ou prairies humides, elles ont un fort intérêt du point de vue de l’atténuation des transferts de nitrate.

Les friches :

Ce sont des parcelles en déprise agricole et ne faisant l’objet d’aucun entretien. Elles sont rapidement et spontanément colonisées par la végétation qui pourra évoluer naturellement vers un milieu boisé.

Prairie de bas-fond (associée à une haie arborée et une
plantation sylvicole) (Irstea)

Haut de page / Retour aux différents types de zones tampons