Qu'est ce qu'une zone tampon ?

Le terme de zone tampon (« buffer zone » en anglais) est employé ici pour désigner tout espace interstitiel du paysage rural, maintenu ou expressément mis en place pour assurer une fonction d’interception et d’atténuation des transferts de contaminant d’origine agricole vers les milieux aquatiques. Il s’agit généralement de dispositifs rustiques, conçus pour être facile à aménager, engendrer un minimum de coûts et nécessiter peu d’entretien.

De par cette définition, le terme de zone tampon peut inclure différents types d’éléments du paysage : surfaces enherbées, haies, ripisylves et plans d’eau pour les plus connus. Les spécificités de chacune d’entre elles, en termes de fonctionnement et selon leur positionnement dans le bassin et le contexte associé, leur confère une plus ou moins bonne efficacité face aux différents types de transfert et catégories de contaminants à l’origine de la contamination des milieux aquatiques. Ainsi, toutes les zones tampons ne permettent pas de répondre aux mêmes objectifs et il est indispensable de bien connaître les processus mis en jeu (ainsi que les contraintes de faisabilité) pour déterminer quel(s) dispositif(s) mobiliser en fonction de l’objectif recherché. On rappellera par ailleurs que ces éléments du paysage peuvent également jouer d’autres rôles (préservation de la biodiversité, lutte contre les inondations…) et qu’une prise en compte de ces bénéfices supplémentaires peut également orienter le choix de tel ou tel aménagement.

Les rubriques suivantes reprennent en grande partie des éléments issus de l’incontournable guide édité par le CORPEN « Les fonctions environnementales des zones tampons : les bases scientifiques et techniques de protection des eaux ». Ce guide et les annexes associées, qu’il est vivement conseillé de consulter, permet de mieux comprendre l’intérêt et le fonctionnement des zones tampons et donne un aperçu général d’une démarche réussie d’implantation de dispositifs tampons dans les bassins versants.

Les différents types de zones tampons

Les différents types de zones tampons peuvent être classés selon diverses caractéristiques : type de végétation en place, géométrie, état hydrique… Si elle a pour objectif de fournir un référentiel commun, une telle classification demeure cependant complexe à établir. En effet, les entrées sont multiples et il existe un certain nombre de cas particuliers, intermédiaires ou mixtes. Cette classification n’a donc qu’une valeur descriptive et il est avant tout nécessaire de faire appel à une bonne compréhension des processus en jeu pour déterminer quel(s) type(s) de dispositif doivent être mobilisé(s) pour répondre aux objectifs recherchés... Lire la suite

Fonctionnement d'une zone tampon

Le rôle d’une zone tampon est avant tout d’intercepter les flux hydriques chargés de contaminants provenant des parcelles émettrices avant qu’ils n’atteignent les milieux aquatiques récepteurs. On parle alors d’atténuation hydrique (bien que l’atténuation aérienne puisse également être recherchée dans le cas de la dérive de pulvérisation). L’aptitude d’une zone tampon à intercepter et atténuer tel ou tel type de transfert dépend toutefois d’un certain nombre de facteurs à l’origine d’une plus ou moins bonne efficacité (positionnement, conception, dimensionnement, état hydrique du sol selon la saison, bon entretien…). Par ailleurs, l’atténuation hydrique seule n’est pas toujours synonyme d’abattement des flux de contaminants si les conditions biogéochimiques favorables à leur rétention et/ou leur dégradation ne sont pas réunies au sein du dispositif... Lire la suite

Pour en savoir plus :

  • CORPEN (2007). Les fonctions environnementales des zones tampons : les bases scientifiques et techniques des fonctions de protection des eaux. Première édition, 176 p. Télécharger

  • CORPEN (2007). Les fonctions environnementales des zones tampons : les bases scientifiques et techniques des fonctions de protection des eaux. Annexes 1 à 3. Télécharger

  • CORPEN (2007). Les fonctions environnementales des zones tampons : les bases scientifiques et techniques des fonctions de protection des eaux. Annexes 4 à 8. Télécharger